À la Garoupe, un snack !

L’année de la Miséricorde est propice à tant d’initiatives nouvelles ; certaines pouvant être interreligieuses, d’autres touchant aux œuvres de Miséricorde… Tout cela stimule la vie paroissiale, aussi la vie de la cité, et c’est très bien.

Cependant, comment assurer la mission habituelle d’une paroisse (alors qu’il n’y a plus qu’un seul vicaire) et en même temps répondre aux appels du pape François ? Oui, une paroisse est un territoire sur lequel il faut répondre à tous, partout et pour tout. Or les paroisses sont aujourd’hui mises au défi de la mission « pour tous », qu’elles ne remplissent plus ! Depuis 2001, peu à peu toutes les paroisses d’Antibes Juan-les-Pins ont disparu. La paroisse Saint Armentaire est ainsi née !

Soyons honnêtes, beaucoup sinon la plupart d’entre nous pensent que rien n’a changé : un clocher est un clocher ! Et pourtant, ouvrons les yeux. Il n’est plus possible de penser une pastorale type pour notre paroisse immense, démesurée, complexifiée. Ceci dit, la paroisse ne peut disparaître en tant que telle, sinon les catholiques renonceraient à ce qui fait le cœur de leur mission telle qu’ils la conçoivent depuis toujours : annoncer une Bonne Nouvelle pour tous, dans toutes les nations.

Que faire alors ? Pour le pape François

« Elle [la paroisse] a une grande plasticité, elle peut prendre des formes très diverses qui demandent la docilité et la créativité missionnaire du pasteur et de la communauté » (Evangelii gaudium n°28).

Des projets chrétiens du type start-up existent en Europe autour d’innovations. Dans ces cas, l’action paroissiale peut être couplée à une activité économique, par exemple des cafés ou auberges dans lesquels la dimension d’hospitalité est première. Autour de la notion d’hospitalité, ces initiatives s’inscrivent alors dans une spiritualité chrétienne, se référant par exemple à l’évangile de la Visitation.

La réouverture du sanctuaire Notre-Dame de la Garoupe me donne à penser cela pour nous, pour Antibes Juan-les-Pins, pour l’Église locale. Le 1er mai sera inauguré un snack dans le bâtiment attenant à la chapelle Notre-Dame de Bon Port. Qu’une présence chrétienne y soit repérable et force de proposition.

Ne cherchons pas à tenir un territoire. Comme les premiers chrétiens, soyons prêts au témoignage, soyons prêts à rendre compte de notre foi face aux barbares et sarrasins des temps modernes, soyons prêts quand il faut se renouveler pour la catéchèse et mettre sur pied un patronage (à la rentrée prochaine). Inventons une pastorale fluide qui se diffuse en des moments opportuns, rejoint les familles, interpelle les jeunes, sollicite les pères de famille avec l’apéro saint Joseph. L’éveil à la foi le fait déjà, comme la préparation au mariage et au baptême, le scoutisme catholique le fait aussi, les Parcours Alpha agissent en ce sens. Les adultes demandant le baptême et la confirmation et qui sont la prunelle de mes yeux, sont à rejoindre, pour ce qu’ils sont, dans cet éveil de leur foi au Christ et à l’Église. Avançons en ce sens avec au cœur la visée pastorale de la paroisse Saint Armentaire.

Que la paroisse ose offrir la joie de l’Évangile !

P. Paul Chalard,
Curé de Saint Armentaire

2016-05-18T11:38:02+00:00
5d5adc98d9bee213069ea6f37e9108e3AA