Appel en soutien aux réfugiés à Vintimille : Kitensac

L’appel lancé le 24 juin 2016 par les évêques de Vintimille, Monaco et Nice a permis aux associations caritatives, grâce à une grande générosité, de subvenir aux besoins des migrants durant cet été à Vintimille. Mais avec l’hiver qui arrive, les conditions de vie des réfugiés sont de plus en plus difficiles. Aussi, en écho à la parole du pape François, la Pastorale des migrants du diocèse fait appel une nouvelle fois à votre générosité pour soutenir les associations qui travaillent sur le terrain. Les besoins sont nombreux !

Devant une situation qui s’établit dans la durée à Vintimille, de nombreuses personnes ressentent l’envie de se mobiliser, de ne pas être indifférent. Quand je demande à Paola, de la Caritas, s’il est possible de participer à l’organisation de Noël ou du jour de l’an à Vintimille sa réponse fait chaud au cœur : « nous recevons tellement de demandes pour venir aider ce jour-là, que chacun ne trouvera pas une place dans la préparation des fêtes. Cependant devant tant de générosité nous ne pouvons pas dire non. C’est formidable de voir cette mobilisation ! Chacun pourra amener selon ses talents : gâteaux, instruments de musique… ».

Lors d’un débat animé par la Caritas de Vintimille et une habitante du quartier, la Caritas de Nice, Médecins du monde et Amnesty International, une soixantaine de personnes sont venues poser leurs questions et proposer leurs idées pour essayer d’améliorer les conditions de vie des réfugiés. À la suite de cette soirée, chacun s’est senti directement concerné.
Sophie, psychologue, va rejoindre à Nice une équipe sur les propositions de Médecins du Monde. Elle est heureuse de cette décision qui la remotive aussi professionnellement. Quand je lui demande ce qui la pousse à agir, elle me répond : « c’est tellement terrifiant ce qui se vit juste là, à côté de nous. C’est innommable en humanité ! Nous devons tendre la main. Je me sens responsable d’autant que nous pillons les richesses de ces pays. Je repense à l’Évangile de Lazare ».
Michèle me dit qu’elle souhaite mettre une réalité sur tout ce qu’elle entend. Elle se propose d’aller cuisiner régulièrement à Vintimille. Paola propose d’envoyer des mails à la Caritas -caritasx@gmail.com- en précisant nos envies. Elle répondra à chacun en faisant une proposition.
Une laïque consacrée et engagée auprès de la Caritas me dit : « lorsqu’on donne, on reçoit beaucoup. C’est eux qui sont un cadeau pour nous ». Une autre personne rajoute : « nous, nous sommes nantis et nous nous plaignons toujours ! ».

Au centre de stockage de Grasse, des personnes viennent chaque jour apporter du linge, des produits d’hygiène, de l’alimentation. Des paroisses aussi se sont mobilisées pendant le temps de l’Avent. Des listes de besoins sont mises à jour régulièrement, mais ce qui est marquant est que chacun veut faire plus : « j’ai rajouté des pots de confitures que j’ai moi-même préparés », « ma belle-mère tricote des écharpes, à son âge elle est heureuse de pouvoir rendre service ».

En rendant visite à une amie de Grasse, une personne de Bordeaux a connu notre action. Depuis, elle envoie par colis depuis sa ville des affaires qu’elle collecte autour d’elle. Toutes les affaires données sont ensuite triées, chaque fois par des personnes différentes qui demandent à « faire plus » en apportant leurs colis. Un petit noyau cependant reste fidèle au tri : Madou, Malien, Kadie et Nicole, ivoiriennes, et bien sûr la communauté capverdienne paroissiale.

Les associations aussi se sentent concernées, comme les Restos du Cœur du Plan de Grasse. Un réseau s’est mis en place pour assurer les transports via Vintimille avec Patrick et Yves. Au moins tous les 15 jours, 2 à 3 voitures utilitaires partent faire les livraisons. Lors de l’une d’elle, avec Martine, nous avons été très touchées par l’accompagnement d’une personne de la Caritas. Elle réconfortait un jeune réfugié qui semblait fatigué et vulnérable. Elle lui proposait de l’appeler s’il avait le moindre problème. À son départ, elle s’est retournée pour ne pas le voir partir et elle pleurait… Un peu plus tard dans la matinée, nous l’avons aperçu en compagnie de 3 autres jeunes sur la route de la Roya…

Je souhaite remercier toutes les personnes qui soutiennent le projet « Kitensac », en parlent autour d’elles et permettent ainsi qu’il puisse continuer dans la durée. Les besoins sont toujours aussi importants, aussi nous comptons sur chacun d’entre vous !

Jannick Planeix

Kitensac : les besoins

Pour les hommes : baskets ou tennis du 40 au 45. Chaussettes et caleçons neufs. Sweat-shirts, K-ways, blousons, chemises et pantalons, tailles S et M.

Pour les femmes : chaussures plates ou baskets du 35 au 39. Sacs à main en bandoulière, petit sac à dos.

Plus généralement : des couvertures et duvets, sacs au dos taille moyenne, produits d’hygiène (savonnettes, rasoirs jetables, brosse à dents et dentifrice, protections hygiéniques), téléphones portables débloqués avec wifi si possible, chargeurs et carte téléphonique « lycamobile », aliments en boîte (tomates, thon, sardines, pois chiche, etc.), couverts en plastique, produits ménagers…

2017-09-07T16:56:09+00:00
1164889ff93ecf0c23914e0715f9c1a4UUUUUUUUUUUUU