Le dimanche des Rameaux précède le dimanche de Pâques et marque l’entrée dans la Semaine sainte.

Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l’acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur.
C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier, selon les régions) que le prêtre bénit au début de la messe. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.

“La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !”

Ces paroles sont chantées comme antienne d’ouverture au lieu où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant bénit les rameaux et l’on lit le récit évangélique de l’entrée messianique de Jésus avant de se rendre en procession jusqu’à l’église.
La tradition chrétienne veut que l’on emporte, après la messe, les rameaux bénits, pour en orner les croix dans les maisons : geste de vénération et de confiance envers le Crucifié.

Fresque de Giotto représentant l’entrée de Jésus-Christ dans Jérusalem.

Cette année, dans un contexte très particulier, la célébration de la messe des Rameaux ne pourra pas accueillir de fidèles dans les églises. Les initiatives pour suivre la messe en direct sont nombreuses.

Mgr André Marceau, évêque de Nice, présidera la messe des Rameaux, dimanche 5 avril, en direct sur les réseaux sociaux, depuis l’église du Vœu (Nice).

Pour les personnes suivant une célébration en direct et munis de rameaux, ceux-ci seront bénis au moment de la bénédiction prévue. Il sera possible aux prêtres célébrant dans les églises de bénir des rameaux qu’ils pourront laisser à disposition au fond de l’église ou à la porte d celle-ci.” Mgr André Marceau, Dispositions pour la Semaine Sainte 2020.