Ce mardi 5 octobre, M. Jean-Marc Sauvé, président de la CIASE, la Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Église, a remis publiquement aux évêques de France et aux supérieurs des congrégations religieuses le rapport que l’Église lui a commandé voici 3 ans.

Quelques mots sur la genèse de ce rapport

• En août 2018, le pape François a interpellé le Peuple de Dieu au sujet des abus sexuels sur mineurs commis dans l’Église.
• Lors de leur assemblée plénière en novembre 2018 à Lourdes, les évêques de France ont décidé la création d’une commission indépendante sur les abus sexuels sur mineurs commis en France par des prêtres. La Conférence des religieux et religieuses de France s’est immédiatement associée à cette démarche.
• Le 13 novembre 2018, Jean-Marc Sauvé, vice-président honoraire du Conseil d’État, a accepté de constituer et de présider cette commission.

La mission de cette commission était

• d’établir les faits sur ces affaires terribles de pédocriminalité au sein de l’Église, depuis 1950, sur une période de 70 ans;
• de comprendre pourquoi et comment ces drames ont pu avoir lieu et ont été traités;
• d’examiner l’action de l’Église pour lutter contre la pédocriminalité et de faire des recommandations.

Pour leur part, les évêques se sont mis à l’écoute des personnes victimes et ont pris en mars dernier toute une série de décisions supplémentaires qu’ils ont présentées à tous les fidèles dans une lettre aux catholiques de France. Au sein du diocèse de Nice, nous sommes engagés avec détermination dans la mise en œuvre de ces mesures nouvelles, pour faire de notre Église une maison plus sûre.

Aujourd’hui, la publication du rapport de la Ciase est une épreuve de vérité, un moment rude et grave. Au-delà de la sidération induite par les chiffres révélés, chaque acteur de notre Église diocésaine va recevoir et étudier ces conclusions, afin d’adapter sans relâche nos actions. Cette lutte contre les abus sexuels sur mineurs nous concerne tous. C’est dans une attitude de vérité et de compassion que les catholiques des Alpes-Maritimes sont invités à recevoir le contenu de ce rapport.

Mais avant tout, nos pensées, notre soutien et nos prières continuent d’aller vers toutes les personnes qui ont été abusées au sein de l’Église.

Que le Seigneur de justice et de miséricorde nous conduise sur le chemin d’une vie nouvelle.