L’année 2021 célèbre les 20 ans de l’Association Cercle Brea. La Ville de Nice a souhaité s’associer à cet anniversaire en coorganisant une exposition jusqu’au 19 septembre 2021, en mettant à l’honneur le sculpteur et orfèvre Goudji à la Villa musée Masséna. Photos : musée Masséna.

Né en Géorgie en 1941, Goudji est diplômé de l’Académie des beaux-arts de Tbilissi, qu’il quitte en 1962 pour s’installer à Moscou. À 23 ans, il est membre de l’Union des Artistes de l’U.R.S.S. Il vit et travaille à Paris depuis 1974 et obtient la naturalisation française en 1978. Son art est novateur sur tous les plans. Sculpteur de formation, il ne veut créer que des pièces uniques, sorties de ses propres mains, sans jamais utiliser de procédés permettant l’édition ou la reproduction de l’œuvre à l’identique. Orfèvre, il conjugue la technique de la dinanderie avec l’incrustation de pierres dures dans le métal, une innovation qu’il a élaborée seul. À côté de nombreuses œuvres profanes, en particulier des épées d’académiciens dont il s’est fait une spécialité, il réalise depuis 1986 une importante œuvre sacrée présente dans une vingtaine de cathédrales françaises ainsi qu’au Vatican.

Le Cercle Brea, créé en 2000, fête ses 20 ans en partenariat avec le Musée Masséna. Pour accompagner la présentation des œuvres de Goudji, l’exposition présente 20 siècles d’Art Sacré dans les Alpes méridionales et plus particulièrement sur notre territoire. Un film retrace ce parcours. L’Annonciation de Ludovic Brea, normalement exposée à l’église Notre-Dame-de l’Assomption de Tourrette-Levens, est également présentée au public.

Une croix reliquaire créée par Goudji pour cet évènement sera offerte, après l’exposition, à la cathédrale Sainte-Réparate de Nice. Cette staurothèque (reliquaire de la vraie croix) sera installée dans une chapelle latérale de l’édifice, dont l’animation spirituelle est confiée depuis 2017 aux chevaliers de l’Ordre Équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Goudji
“Aujourd’hui s’ouvre à Nice l’exposition rétrospective de mes œuvres au Musée Masséna. Quelques brefs mots pour dire l’essentiel. Le commissaire de l’exposition, Bernard Berthod, en accord avec François Dunan et le Cercle Bréa, comme avec Jean-Pierre Barbero, a souhaité présenter une exposition qui montre les différentes facettes de mon travail, qui va de la création de pièces de formes à celle de pièces liturgiques, ou encore celle de bijoux à celle d’épées pour des académiciens. Arrivé d’URSS en France en 1974, sans connaître un mot de français, j’ai travaillé à inscrire mon travail dans ce pays, – l’Acropole du monde -, ouvert à la pluralité de tous les imaginaires, qu’il a su inscrire, de manière féconde, sous l’horizon de la raison et du cœur. J’aime l’exemple de la France où vivent les plus nombreuses traditions artistiques, qui unissent, de manière proprement unique, le génie des bâtisseurs d’églises et de cathédrales, qu’elles soient romanes ou gothiques, Poussin, Watteau, Couperin, Delacroix, Monet, ou, plus près de nous, Proust, Ravel, Giono et Bonnard. J’ai voulu m’inscrire dans leurs pas. Au gré de la centaine d’œuvres présentées se déroule une parade de l’esprit, qui vise à la beauté, dans la vérité: celle de la contemplation, où ce qui se voit s’efface derrière l’unique vision nécessaire. Un mot encore pour dire merci aux nombreuses personnes, prêteurs ou galeries, diocèses ou musées, qui ont rendu cette exposition rétrospective possible, comme à Don Stefano Zanella et Charlotte Perrier, et à tous ceux qui ont permis le montage final, agents techniques et éclairagistes de l’Opéra.”

Musée Masséna

65 rue de France
Nice
Ouvert de 10h à 18h tous les jours sauf le mardi
Tarif : 15 euros
Entrée gratuite pour les résidents de la Métropole Nice Côte d’Azur
musee.massena@ville-nice.fr