À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant (20 novembre 2020), des associations rappellent aux autorités qu’elles doivent protéger tous les enfants, dont ceux en danger aux frontières françaises. Leur mise à l’abri, leur accès aux droits et à la protection sont des droits fondamentaux garantis par la Convention internationale des droits de l’enfant que la France a ratifiée.

À l’heure où des responsables politiques remettent ouvertement en cause l’accueil ou la prise en charge des mineurs, nous faisons état des violations des droits que ces enfants subissent aux frontières françaises. La France doit redoubler d’efforts pour les protéger. C’est une obligation légale d’assurer que ces enfants très vulnérables aient accès à la protection dans notre pays. Lire l’article complet sur Amnesty.fr