La pastorale des funérailles

Dans notre société où les valeurs dominantes s’appuient sur la réussite, la maîtrise technique et l’efficacité, la mort est habituellement occultée, voire même niée de multiples manières. Même lorsque les médias la présentent, elle reste un spectacle et ne provoque pas de véritables remises en cause. Aussi, quand elle touche une famille, celle-ci, prenant alors brutalement conscience de la fragilité et de la finitude humaine, adopte très souvent une attitude de désespérance, voire de révolte, surtout s’il s’agit de la mort d’un jeune, d’un adulte en pleine activité ou de quelqu’un qui a beaucoup souffert.

En abordant cette pastorale des funérailles, il est bon de nous rappeler qu’au cœur de notre foi chrétienne, il y a le passage du Seigneur à travers la mort vers une vie nouvelle offerte à tous les hommes : la Pâque du Seigneur est pour nous « signifiante » pour toute mort humaine.

Les orientations pastorales ont surtout pour but d’aider les communautés chrétiennes et leurs responsables à répondre aux demandes formulées à cette occasion par les familles en deuil. Car, si complexe que soit l’éventail de leurs motivations, c’est en les accueillant que l’Eglise réalise sa mission : souvent elle constitue pour les familles l’unique recours devant la perte de l’un des leurs. Aussi, tout en assurant sa tâche évangélisatrice, elle doit les aider à réaliser ce que les psychologues appellent « le travail de deuil » en les amenant à ne pas se replier sur le seul aspect négatif de la mort et sur une impossibilité à donner sens à l’existence.

2017-09-22T10:15:19+00:00
d69959fa61469c3d2a0dd650fe0cafa4,,,,,,,,,,,,,,,,,,