Le père Cyril Geley dit au revoir à la paroisse Saint-Honorat

À partir du 1er septembre prochain, le père Cyril Geley prendra sa nouvelle fonction de vicaire général, aux côtés du père Jean-Louis Gazzaniga qui reste vicaire général. Dans le feuillet paroissial de Saint-Honorat, le père Geley a partagé son bilan après 6 années comme curé au service de la paroisse.

Les fins d’année sont des temps du bilan. Cette année, celui-ci prend un autre relief car il s’agit de regarder les 6 dernières années au moment où la paroisse va connaître un changement de curé.

Quand je suis arrivé en 2012, même si je connaissais déjà la paroisse pour y avoir été vicaire de 2007-2010, il s’agissait de ma première charge de curé. J’ai eu la chance de succéder au P. Gazzaniga qui laissait la paroisse en ordre de marche avec de nombreux bénévoles, une dynamique pastorale et une bonne image dans la cité.

Des axes forts
Dès mon arrivée, j’ai souhaité accentuer la présence sacerdotale auprès des enfants et des jeunes. Pendant 6 ans, cet accompagnement ne s’est jamais démenti que ce soit au catéchisme, à l’aumônerie de l’Enseignement Public ou à l’Institut Fénelon avec les Pères Frédéric, Bao Dinh ou moi-même.

Un autre domaine important a été la réorganisation de la liturgie et de son animation. À mon arrivée, il n’y avait presque plus d’animateurs de chants ni de responsable (avec la disparition de Michel Lenci). Aujourd’hui, un responsable assure la coordination, de nouveaux animateurs se sont engagés, des formations ont eu lieu, le répertoire a été renouvelé, deux chorales ont été créées (une d’adultes, une autre d’enfants) et un groupe de servants d’autel a été constitué. Autant d’éléments qui permettent aujourd’hui d’avoir de belles célébrations priantes, qui je l’espère, aident le plus grand nombre à vivre des célébrations qui touchent au cœur.

La communication a été aussi un axe important. Une commission en charge dans ce secteur a vu le jour (c’est un cas quasi unique dans le diocèse). Cette commission s’est attelée à de nombreux dossiers : refonte du site internet (je vous invite d’ailleurs à aller voir la nouvelle formule mise en ligne vendredi), création d’une page Facebook et d’un logo, réalisation chaque année d’un livret paroissial. Ce petit groupe est aussi un lieu de réflexion afin d’améliorer la visibilité de la paroisse et de ses événements marquants mais aussi d’une meilleure communication au sein de la paroisse. Des opérations d’affichage public ont été lancées et une réflexion sur l’accueil dans les lieux paroissiaux est en cours.

Un nouveau regard
Mais le grand tournant pour moi a eu lieu il y a 2 ans. Il est né tout d’abord d’une insatisfaction personnelle : comment se fait-il que tant de personnes à Grasse ne vivent pas de la vie du Christ ? Je suis devenu prêtre, bien entendu car j’ai reçu cet appel particulier du Seigneur, mais aussi pour annoncer Jésus Christ au plus grand nombre. Je trouvais que la paroisse « tournait » bien, les équipes étaient en place, j’aurais pu me contenter de cela. Malgré cela, il manquait quelque chose pour moi. J’ai profité de la traduction en français d’un livre du P. Mallon, prêtre canadien, Le manuel de survie pour les paroisses, afin de réunir, en 2016, un groupe de paroissiens ayant lu l’ouvrage pour passer d’une pastorale de la conservation à une pastorale missionnaire.

La première décision a été de lancer le plus rapidement possible un parcours Alpha, proposition évangélisatrice ayant fait ses preuves depuis de nombreuses années partout dans le monde. Depuis septembre 2017, deux parcours se sont déroulés dans la paroisse (le 2ème se termine le 20 juin). Ce sont déjà près de 60 personnes qui y ont participé en tant qu’invité. Cela crée une dynamique positive avec des personnes qui découvrent ou redécouvrent la foi et la joie de croire mais aussi qui s’impliquent et qui ont soif de vivre leur foi et d’en témoigner.

Une nouvelle EAP (Équipe d’Animation Pastorale) a été constituée, rajeunie et engagée pleinement dans cette vision pastorale. Elle soutient, encourage et mène les projets de réforme sous l’autorité du curé.

Un autre lieu de conversion a été la catéchèse. Depuis septembre 2016, l’équipe des catéchistes a voulu mettre au centre le dimanche comme jour du Seigneur et insister sur l’implication des parents dans l’éducation religieuse de leurs enfants. Durant l’année 2016-2017, la préparation au sacrement du pardon s’est déroulée durant trois dimanches matins à ND des Chênes. Pour l’année 2017-2018, en plus de cette préparation au sacrement du pardon, la préparation à la 1ère communion sur le même modèle a été organisée sur cinq dimanches. Ce furent des temps enrichissants qui apportent aussi un nouveau regard et qui conduisent parents et enfants à échanger sur la foi et à vivre ensemble ces moments de préparation.

Cette conversion pastorale trouve sa source dans les documents pontificaux des papes saint Jean-Paul II, Benoît XVI et François sur la nouvelle évangélisation. Un texte de référence dans ce domaine est l’exhortation apostolique post-synodale Evangelii Gaudium (la joie de l’Evangile). Notre diocèse est aussi engagé dans une démarche missionnaire, appelée « Mission Azur », pour la constitution de communautés de disciples-missionnaires qui est un encouragement dans la démarche paroissiale. D’autres services paroissiaux réfléchissent dans ce sens pour modifier leur approche afin d’annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, mort et ressuscité.

Et maintenant ?
Ce n’est pas parce qu’il y a un changement de curé, que les options fortes prises dans la pastorale dans cette paroisse disparaissent. Le P. André Koch arrive avec sa personnalité et son histoire pour devenir le pasteur de cette paroisse. J’attends que vous lui fassiez bon accueil et l’aidiez dans cette belle mission. Il reste tant de chantiers à poursuivre ou à ouvrir et je sais qu’il s’y attellera avec foi et conviction.

Je tiens à tous vous remercier pour ces années partagées, pour votre aide et votre soutien. Nous avons partagé des moments forts et marquants. J’ai été très heureux dans cette paroisse et j’ai reçu grâce sur grâce par la bienveillance divine. Vous serez toujours présents dans mes prières et j’aurai plaisir à vous croiser à Grasse ou à ailleurs au gré de mes déplacements.

Comme le dit l’Ecriture : « L’un sème, l’autre moissonne » (Jn 4, 37). J’ai moissonné ce que je n’ai pas semé et d’autres moissonneront ce que j’ai semé. Je rends grâce pour cela et pour cette dépossession à laquelle m’invite le Seigneur.

Loué soit le Seigneur !

Cyril Geley, curé
paroisse-grasse.fr

2018-06-18T09:13:07+00:00
felis velit, tristique Aliquam mattis vel, libero Sed