Mercredi des cendres 14 février : les artistes font leur cirque

Le 14 février à 18h, à l’occasion du mercredi des Cendres, l’église Saint-Pierre d’Arène (62, rue de France) à Nice accueille comme chaque année, la fameuse messe des artistes selon le vœu de Willette.

Le succès grandissant de cette manifestation en fait désormais the place to be, un événement culturel et religieux incontournable de notre région. Animée par plus de 150 artistes dont 80 plasticiens et s’offrant même une création mondiale, il n’a aucun équivalent par son ampleur et par son assistance (près de 2000 personnes).

Cette année le thème est « Les artistes font leur cirque ».
La messe des artistes a ceci de particulier : elle a été inventée en 1914 par un caricaturiste, Adolphe Willette (1857-1926). Beaucoup de ses dessins ont une audace et même une outrance qui n’est pas sans rappeler celle des dessinateurs de Charlie Hebdo disparus tragiquement. Willette était un violent polémiste bien connu des lecteurs du journal L’assiette au beurre (1901-1936).
Cet hebdomadaire socialiste et anarchiste n’avait comme aucune revue d’alors exprimé une telle symbiose entre la violence du message et la violence graphique (Michel Dixmier, spécialiste du monde de la caricature). Tout le monde en prend pour son grade : les politiciens, les croyants, les prêtres, les artistes. Il n’hésite pas à aborder des sujets délicats à l’époque, comme la peine de mort, la prostitution, les asiles d’aliénés…

Willette cultivait l’art de l’irrévérence jusque dans les carnavals qu’il organisait à Montmartre sous le titre de La promenade de la vache enragée, d’où son nom de vachalcade. Depuis 2010, le carnaval de Willette connaît une renaissance, avec comme parrains Christophe Salengro (le président de Groland) et Michou.

C’est dans ce contexte qu’est née la fameuse « messe des artistes ». C’est le vœu même de Willette : Je voudrais une messe pour ceux qui vont mourir, c’est-à-dire pour nous les vivants, je voudrais que nous allions dans une église, que nous y allions le mercredi des Cendres. Cet office religieux qui prend à contre-pied la mémoire habituelle des défunts, est depuis célébré en respectant son caractère de canular pieux. L’église y a même apposé son sceau : le vœu de Willette a reçu la bénédiction de saint Jean XXIII !

Fr. Yves Marie Lequin, op
Aumônier des artistes
yvesmarielequin.com

2018-02-01T10:09:03+00:00
mi, justo Aenean odio et, commodo