Mission Azur : Pour une Église en bonne santé

270 personnes se sont rassemblées dimanche 4 février en l’église Saint-Marc à Nice pour cette nouvelle étape de Mission Azur. Prêtres, diacres, responsables de services et mouvements d’Église, paroissiens et quelques jeunes ont partagé et médité ensemble.

Après un accueil chaleureux par les membres de la paroisse Saintes-Marguerite, l’après-midi démarra en chants et prières, un temps animé par les jeunes professionnels de l’aumônerie de Sophia Antipolis, SophiaDeo. Le père Cyril Geley, membre de la commission Mission Azur, a ensuite rappelé le contexte de cette année pastorale, son lancement en septembre dernier et les différentes étapes déjà franchies. Le rassemblement de ce jour est un petit pas de plus sur le chemin parcouru ensemble.

Pour rappel, Mission Azur souhaite proposer à chaque chrétien une vie personnelle et communautaire, habitée par le souffle de l’Esprit-Saint et reposant sur les 5 essentiels de la vie de Jésus.
+ Adoration : Aimer Dieu, se tenir en sa présence, se laisser aimer par Lui. Prier, célébrer, louer, rendre grâce, intercéder… personnellement, en petit groupe et en communauté par des liturgies attirantes, inspirantes et adaptées.
+ Fraternité : Vivre l’amour du prochain et de soi-même, l’accueil et le soutien mutuels dans des petits groupes d’Église (équipe, maisonnée). Cette fraternité favorise l’intégration dans la communauté.
+ Formation : Grandir. Poursuivre la conversion de son cœur, développer son intelligence de la foi, discerner et cultiver ses talents et charismes.
+ Service : S’engager dans la communauté pour en servir la vitalité et la fécondité. Discerner les charismes, favoriser la prise de responsabilité du plus grand nombre, appeler à s’engager. La communauté s’organise pour accomplir efficacement sa mission interne et externe.
+ Évangélisation : Annoncer Jésus-Christ mort et ressuscité pour nous (le kérygme) à ceux qui ne le connaissent pas. Conduire à Lui. Faire découvrir l’amour de Jésus.

Venez à ma suite et je vous ferai pêcheurs d’hommes
Mt (4, 19)

Deux curés, accompagnés de laïcs engagés, ont témoigné des actions entreprises dans leurs paroisses, avec les joies et difficultés rencontrées.
Le père Benoît Parent, doyen de la Plaine du Var, est curé de Saint-Benoît-les-Oliviers et administrateur de Saint Sébastien. «Depuis presque deux, ce que j’essaie de faire finalement est ma vocation de prêtre. Nous sommes devenus prêtres pour annoncer Jésus Christ, le donner, faire l’expérience de sa rencontre.» Sans idées préconçues, la paroisse observe ce qui marche ailleurs. L’expérience du Parcours Alpha, en préparant la communauté paroissiale avant tout. Le besoin de créer des groupes de fraternité pour se questionner. Aller chercher de nouvelles personnes vers l’extérieur. Nécessité de l’investissement de chacun pour une vraie conversion. «Que Mission Azur soit pour toute l’Église de Nice une nouvelle Pentecôte.»
Le père Franklin Parmentier, doyen des Pays de Lérins, est curé depuis 6 ans de Saint-Vincent-de-Lérins. Il témoigna de sa découverte de la paroisse et du travail avec les laïcs engagés. La paroisse a alors tenté le Parcours Alpha pour proposer la rencontre avec Dieu. De même, des TOP tables ouvertes paroissiales sont organisées. Des bilans pour faire de petits pas vers Jésus. Pour changer les choses, on commence par soi-même. Équilibrer sa vie avec le Christ pour avancer et croître. Les 5 essentiels selon l’alphabet : A adoration, B belle communauté, C charité, D disciples qui se forment, E évangélisation.

Un questionnaire fut alors proposé à l’assistance, un auto-diagnostic à partir des 5 essentiels. Une occasion de savoir où personnellement nous nous trouvons et comment avancer sur ce chemin et que faire pour améliorer l’équilibre des 5 essentiels.

Puis Bérénice Gerbeaux, de la commission Mission Azur, a repris les 5 essentiels, non pas pour les expliquer à nouveau mais pour les inclure dans un processus, celui de la formation de disciples-missionnaires. Un corps sain pour une Église en bonne santé.
+ Conversion : Rencontre personnelle avec le Christ.
+ Fraternité : Intégrer un petit groupe.
+ Formation : Suivre le Christ.
+ Service : À quoi suis-je appelé ?
+ Évangélisation : Témoigner du Christ

Mgr André Marceau, évêque de Nice, a conclu ce rassemblement avec des mots forts. «Mission Azur est avant tout une démarche de fidélité à une mission, elle est aussi promesse, espérance et vérité pour notre diocèse.» Mission Azur est aussi une affaire d’amour, de Dieu qui nous presse, du Christ qui a donné sa vie, de l’Église et des compagnons de route. Annoncer l’évangile pour nous, baptisés et aussi pour notre monde. Chaque petit pas fait grandir toute l’Église.

«Je veux donner à Mission Azur un parrain et une marraine». Le 26 janvier, le pape François a ouvert la voie à la béatification des 19 martyres d’Algérie. Parmi eux, le père Christian Chessel, père blanc missionnaire d’Afrique, tué le 27 décembre 1994 à Tizi Ouzou à l’âge de 36 ans. Il avait été ordonné prêtre à la cathédrale Sainte Reparate, à Nice, en juin 1992. À Christian Chessel, Mgr Marceau confie cette aventure missionnaire de l’Église dans laquelle il a grandi sa foi et sa vocation.
Le même jour, le pape François a décrété Vénérable Madeleine Delbrêl, assistance sociale dans le Val de Marne. Morte 1964, elle fut présence d’Église en milieu communiste de la région parisienne. L’étudiante athée de la Sorbonne, éblouie par Dieu à l’âge de 20 ans, se convertit et se mit au service d’un monde ouvrier. «Qu’elle nous aide à être le Christ ici, celui qui sort pour aller ailleurs
Ils ont été l’un et l’autre homme et femme de dialogue avec ceux mis sur leur route respective : fidélité à Dieu par la fidélité aux personnes.

Mélanie Raynal

2018-02-08T08:46:06+00:00
risus dapibus facilisis libero dictum et, commodo Curabitur id suscipit Praesent