Le 8 septembre, les catholiques et les orthodoxes célèbrent la naissance de la Vierge Marie. Cette fête très ancienne prend sa source dans le protoévangile de Jacques. Cette tradition, qui remonte aux premiers temps de l’Église, a pris forme peu à peu et s’est fixée au VIIe siècle. La fête de la nativité de Marie est l’occasion de se mettre en présence de celle qui a eu le courage de dire oui, sans conditions, à Dieu.

Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie – Domenico Ghirlandaio – Basilique Santa Maria Novella à Florence

Au cours de cette fête, les fidèles sont mis en présence de la plus haute sainteté humaine reconnue et vénérée par l’Église, celle de la Vierge Marie. Les textes lus et les prières chantées à cette occasion éclairent au mieux le sens du culte que l’Église rend à Marie.

Les évangélistes ne nous disent pas où est née Marie, ce qui a peu d’importance. On sait seulement qu’elle était parente d’Élisabeth qui habitait en Judée. Il n’est donc pas impossible qu’elle soit elle-même originaire de Jérusalem comme le veut une antique tradition dont on trouve trace dans l’évangile apocryphe de Jacques, qui nous parle des parents de la Vierge, Joachim et Anne. Il existait également et très anciennement, à Jérusalem, une maison appelée « la Maison d’Anne ». Près de cette maison fut érigée une église dont la dédicace eut lieu un 8 septembre. L’anniversaire de cette dédicace fut commémoré chaque année. La fête s’étendit à Constantinople au 5e siècle puis en Occident. Plus tard, on lui adjoignit la fête de sa conception, neuf mois auparavant d’où le 8 décembre. La Nativité de Marie est une des grandes fêtes de l’année liturgique byzantine car elle inaugure l’économie du salut et l’inscription du Verbe de Dieu dans l’histoire des hommes.

Église catholique en France