Le 26 mai dernier, s’est déroulé à Mougins, au sanctuaire Notre-Dame de Vie, le pèlerinage pour la vie institué il y a quelques années à l’occasion le la Journée nationale pour la vie fixée par les évêques de France le dimanche de la fête des mères.

À cette occasion, Sarah, une jeune maman de 21 ans nous a donné son témoignage. Nous la remercions d’accepter que ce témoignage soit publié et puisse aider des jeunes mamans qui traversent des situations difficiles à choisir le bonheur d’accueillir et de donner la vie.

“Je suis étudiante à l’université de Nice et suis chrétienne catholique pratiquante. Je suis aussi maman d’une petite fille de 4 ans. Je viens ici, apporter mon témoignage. Je vais partager avec vous l’expérience de ma maternité.
Lorsque j’ai appris que j’allais avoir un enfant, j’étais, comme la plupart des mamans, très heureuses. J’étais comme sur un petit nuage d’amour. Je savais que ma situation était atypique car j’avais seulement 16 ans, mais j’étais dans la joie. C’était une bonne nouvelle et je ne me posais pas de questions sur le futur, je profitais de ce don du seigneur.

Toutefois, quand j’en ai parlé autour de moi, très vite, mon bonheur a été brisé par les réactions de différentes personnes. On a tenté de me stresser, de remettre en question ce qui était clair pour moi et de dresser des barrières à mon bonheur. Ainsi, j’ai entendu des phrases comme “Tu es trop jeune, tu vas gâcher ta jeunesse” et aussi “Tu ne pourras pas répondre aux besoins de ton enfant car tu n’as pas de situation” ou encore pire “Tu as jusqu’à trois mois de grossesse pour faire un choix !“.
Ce sont des phrases qui m’ont secouées car elles allaient à l’encontre de la vie, du désir de Dieu et de la nature humaine. Je dois avouer que ces affirmations ont suscité, chez moi, une GRANDE incompréhension ! Je ne comprenais pas pourquoi je devais être si égoïste au point de tuer mon enfant pour profiter de ma jeunesse. Oter la vie pour de l’amusement ?! C’est insensé !!
Puis, il est vrai que je ne savais pas encore comment j’allais subvenir au besoin de mon enfant mais le plus important pour un nouveau-né c’est d’avoir la santé et de l’amour.
En réalité, j’avais le temps de me poser toutes ces autres questions, plus tard. À quoi bon tout prévoir à l’avance pour vos dix-huit prochaines années et celles de votre enfant ?  Impossible ! Nous ne maitrisons rien, car nous ne connaissons pas notre futur !
Et surtout, je ne comprenais pas pourquoi il fallait que je fasse un choix. De quel choix parlaient-ils ? Choisir entre la vie et la mort ? Entre le seigneur et le diable ? C’était tant de mauvaises pensées et de confusion autour de moi que j’aurais pu me perde.

Grâce à Dieu, et grâce à l’exemple de la Sainte Famille j’ai pu rester ferme. Je me suis appuyée sur la foi et j’ai écouté mes ressentis. Je ne me suis donc pas laissé influencer. Il est vrai, que j’ai également eu la chance de pouvoir compter sur ma mère qui a compris et a accepté directement le chemin d’amour que j’allais prendre.
Outre cela, j’ai aussi trouvé du soutien au sein de l’Église. D’ailleurs, un prêtre m’a dit : Sais-tu que Marie, la Sainte-Vierge, a eu Jésus au cours de son adolescence et au même âge que toi, à 15 ans et 3 mois ! L’âge de la Sainte Vierge lorsqu’elle a donné naissance à Jésus n’est pas donné explicitement dans les écritures mais il semblerait que c’était bien 15 ans et 3 mois.
Notre Sainte mère du ciel était adolescente lorsqu’elle a eu Jésus ! Elle n’avait pas de situation ! Elle a même accouché dans une étable. Cependant, elle a fait confiance à Dieu, et cela est le plus important.

Pour conclure ce témoignage, ce choix d’amour, ce choix de Dieu, je ne l’ai jamais regretté, pas un seul instant ! Aujourd’hui, ma fille me rend heureuse chaque jour et nous n’avons pas rencontré de grosses difficultés. Le Seigneur nous protège et nous sommes heureuses de vivre avec lui. En effet, toutes les questions qu’on m’avait posées trop tôt ce sont résolues au fur et à mesure, étape par étape.
De manière concrète, j’ai fait le choix d’arrêter mes études pendant un an et demi pour profiter de la grâce d’être jeune maman ainsi j’ai pu allaiter longtemps mon enfant. Ensuite, j’ai repris mes études par correspondance pour profiter de la petite enfance de ma fille. Enfin, lorsqu’elle est rentrée à l’école en petite section de maternelle, j’ai intégré l’université en licence. Je suis actuellement une jeune étudiante passionnée par mes études et une maman épanouie. Ma fille, elle, est heureuse d’aller à l’école, elle a beaucoup d’amis et une maitresse qu’elle apprécie beaucoup.

Si je peux faire passer un message aujourd’hui, ce serait celui de respecter notre position d’humain de manière à accueillir les grâces de Dieu. Ce serait aussi de laisser le choix de la vie et de la mort à Dieu, car cela ne nous appartient pas. Et enfin de savoir prendre le temps, savoir dire stop à toutes les pressions de notre entourage, celles de nos obligations, pour laisser entrer le don de Dieu dans notre vie.
J’espère que mon témoignage pourra être utile, je vous remercie pour votre écoute. Je vous souhaite à tous une agréable journée de la fête des mères et un bon dimanche !”