Processus de formation de disciples missionnaires

3e rassemblement Mission Azur. 130 personnes se sont retrouvées autour de Mgr Marceau dimanche 10 juin en l’église Saint-Paul-des-Nations à Sophia Antipolis pour aborder une nouvelle étape de l’année pastorale. Au cœur de cette rencontre, le processus missionnaire et l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Prêtres, diacres, laïcs en mission et quelques paroissiens se sont rassemblés au centre pastoral Paul VI, autour de Mgr Marceau, en présence du père Jean-Louis Gazzaniga, accueillis par la paroisse Notre-Dame de la Sagesse et le père Thomy, ccn, son curé. La réunion a débuté avec la lecture d’un texte du père Christian Chessel (1958-1994), martyr d’Algérie, et d’un autre de la vénérable Madeleine Delbrêl (1904-1964). Ces deux grandes figures aident Mission Azur dans sa réflexion et son avancée.

Mission Azur est le thème de l’année pastorale lancée par l’évêque de Nice en septembre dernier, articulée autour des cinq essentiels de la vie de Jésus : la prière, l’accueil, l’enseignement, le service et l’annonce. Les deux premiers rassemblements diocésains, en septembre et février derniers, présentaient précisément ces 5 essentiels et l’équilibre à trouver pour chacun dans sa vie personnelle, professionnelle, ses engagements…

Lors de ce troisième rassemblement, l’équipe organisatrice s’est attachée à présenter le processus missionnaire, permettant de mettre en actes les essentiels. Comme l’explique le père Cyril Geley, ce processus émane d’un document de travail signé à Aparecida (ville brésilienne) en 2007 par les évêques d’Amérique Latine, dont le cardinal Bergoglio. Le document présente dans une première partie une enquête qu’ont menée les évêques pour comprendre pourquoi les fidèles quittaient les communautés catholiques. Réponses : l’expérience religieuse (ils n’ont pas fait la rencontre personnelle avec le Christ), l’expérience communautaire (ils ne sentent pas appartenir à une communauté), la formation biblico-doctrinale (des formations trop intellectuelles et loin des réalités quotidiennes), pas d’engagement missionnaire de l’ensemble de la communauté.

Face à ce constat, les évêques décidèrent de mettre en place, dans la seconde partie de leur document, un processus de formation de disciples missionnaires, le but étant de créer une unité de vie et proposer un cheminement pour une croissance personnelle et de toute la communauté. Où veut-on conduire les gens ? Le processus se fonde sur plusieurs points :

  • La rencontre avec Jésus Christ : l’annonce de la Bonne Nouvelle, le kérygme (mot expliqué par le père Thierry Dassé)

  • La conversion : la rencontre transforme sa manière de vivre

  • Être disciple : se mettre à la suite du Christ c’est se laisser former et enseigner par Lui

  • La communion : l’importance de la présence d’une communauté

  • La mission : celui qui se découvre missionnaire

Chaque homme et chaque femme est une mission.
Pape François

Deux témoignages sont venus compléter cet exposé pour présenter des mises en place de ce processus. Ainsi, Jérôme et Frédérique s’occupent de la préparation au baptême à la paroisse Notre-Dame de la Sagesse. Ils proposent aux parents des futurs baptisés 4 temps forts. Le premier, l’accueil et la fraternité partagés autour d’un repas. Le deuxième : un diner chez l’accompagnateur et travail autour du kerycube, un cube multi-facettes imagés pour aborder les 5 essentiels. Le troisième : une présentation de l’enfant à l’ensemble de la communauté lors d’une messe. Dernier point : lors d’une nouvelle soirée chez les accompagnateurs, les activités de la paroisse sont présentées pour essayer de fidéliser les personnes. En parallèle de ce programme, les animateurs sont régulièrement formés, partagent leurs expériences et des moments fraternels toute l’année.

Le deuxième témoignage est apporté par le père Laurent Isnard. Avec l’équipe d’animation du camp d’été en vélo des collégiens, il va essayer de faire vivre aux jeunes l’équilibre des 5 essentiels de la vie de Jésus. Pour cette deuxième édition du « Pèlerinage Tout Terrain », des carnets ludiques et attrayants ont été créés pour présenter aux jeunes la vie de Jésus et sa présence dans la vie des apôtres. Un fil conducteur que les collégiens vont suivre dans les temps de réflexion et enseignement mais également dans les jeux et temps de détente. Ce travail préparatoire s’est fait avec la collaboration des frères franciscains de Cimiez, un exemple d’échange d’outils pour être utile à tous.

Les participants ont ensuite travaillé en groupes, par paroisse ou service diocésain, à partir d’une grille d’évaluation sur le processus missionnaire. Une réflexion pour savoir où et quand les aspects du document d’Aparecida sont mis en œuvre.

Mgr André Marceau a alors pris le temps de montrer l’importance de la rencontre avec Jésus, notamment à partir des textes de la fête du Sacré Cœur, célébrée ce même week-end (lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens, chapitre 3). Remettre le Christ au centre. Faire des églises des lieux communautaires. L’évêque de Nice a ensuite présenté le message du pape François pour la prochaine Journée Mondiale des Missions « Avec les jeunes, portons l’Évangile à tous » (lien ici). Cette journée aura lieu dimanche 21 octobre 2018, en la fête de saint Jean-Paul II, en même temps que la tenue à Rome du synode sur « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

Débuté par un temps de louange, ce rassemblement s’est terminé avec un chant et la bénédiction de Mgr Marceau sur tous les présents. La rencontre est finie mais Mission Azur se poursuit dans chacune des paroisses, communautés, mouvements ou services !

Mélanie Raynal

2018-06-12T11:08:14+00:00
tempus justo consectetur id et, commodo ut accumsan Donec id, quis,