D’une poignée de personnes en 2015, l’association SOS Méditerranée compte aujourd’hui quelques 900 bénévoles actifs en Europe. Retour sur une aventure maritime et humaine, soutenue par le diocèse de Nice.

L’histoire de SOS Méditerranée, c’est avant tout l’histoire de citoyens mobilisés face au drame qui se joue en mer. La création de l’association répond à un sentiment d’indignation devant les défaillances des États, sentiment qui nous a mobilisés et poussés à agir, nous, citoyens européens. Il n’était pas possible de détourner le regard alors qu’aux portes de l’Europe, des milliers de personnes se noyaient et se noient encore. Les États européens disposaient pourtant de tous les moyens matériels et humains pour éviter ces naufrages. Comment se résigner sans rien faire ? Le droit de la mer prescrit l’obligation de secourir toute personne en détresse, sans délai. Ce devoir d’assistance à personne en danger, des professionnels du monde maritime et humanitaire, portés par la force du collectif citoyen, l’ont mis en œuvre en créant SOS Méditerranée. Une poignée d’indignés bientôt rejoints par des milliers d’autres ont rendu possible l’affrètement du premier navire de l’association : l’Aquarius. Cinq ans plus tard, avec l’Ocean Viking, la mobilisation ne faiblit pas !

Sauver, protéger et témoigner
Dès 2015, nous avons inscrit le témoignage parmi les trois principales missions de SOS Méditerranée. Alors qu’en mer, marins-sauveteurs, journalistes et photographes documentent les sauvetages, à terre, les citoyens prennent le relais dans les festivals et conférences pour expliquer, sensibiliser et faire voir au public la terrible réalité des naufrages. Avant même d’avoir un bateau, la sensibilisation en milieu scolaire, également portée par des bénévoles, a été une priorité pour que les citoyens de demain prennent conscience du devoir moral d’assistance et de solidarité en mer. Pour chaque personne secourue en mer, c’est une véritable chaîne humaine de citoyens qui se relaie à terre en France, en Allemagne, en Italie et en Suisse. Ils sont bénévoles, donateurs, personnalités publiques, citoyens de toutes conditions, autant d’anonymes qui jour après jour, ont participé directement au sauvetage de plus de 30 000 personnes.

Merci à chacun d’entre eux.
L’équipe de SOS Méditerranée