Depuis fin janvier 2019, le toit de l’église moderne du Sacré-Cœur d’Antibes fait l’objet d’une réfection complète par une entreprise spécialisée en travaux acrobatiques. 1000 mètres carrés de toiture avec une pente allant jusqu’à 65% d’inclinaison. Visite de chantier.

Quatre mois de travaux ont été nécessaires pour enlever l’ancienne couche d’étanchéité de la toiture de l’église puis en remettre une neuve. « Un travail de réfection de l’étanchéité en trois phases » explique Jacques Pernet qui suit les travaux pour la paroisse Saint-Armentaire. Une mise en sécurité de l’ensemble supérieur de l’édifice ; la réfection des poutres béton et l’étanchéité des verrières verticales ; étanchéité des toitures terrasses.

Ce chantier particulier a nécessité le savoir-faire de l’entreprise Acro Solution, basée à Nice, notamment pour faire intervenir deux compétences : le travail d’appui sur cordes et l’étanchéité proprement dite. Les deux pans de toit représentent une superficie d’environ 1000 mètres carrés, d’une inclinaison de 45 à 65%. Un travail éprouvant pour les techniciens encordés qui utilisent des moyens d’étanchéité spécifiques pour une telle inclinaison pour que l’ensemble soit plus solide dans la durée.

Pendant toute la durée des travaux ce lieu de culte est resté ouvert, offrant une continuité des messes et célébrations aux paroissiens. Même au début, pendant la rotation d’environ 14 bennes d’anciens matériaux à évacuer. Une fois les travaux totalement finis, les abords directs du site seront replantés d’arbres et arbustes. Il a fallu faire un peu de place pour l’installation des deux échafaudages.

L’association diocèse de Nice ADN est propriétaire de cet édifice religieux. Le montant global des travaux s’élève à presque 250 000 euros. « Tous les dons sont les bienvenus ! précise le père Paul Chalard, curé. La paroisse a créé une cagnotte sur Internet pour essayer de mobiliser davantage : leetchi.com/fr/c/wm6OWMR5 ».

Histoire de l’église
Construite en 1970 par l’architecte Maurice Haury, l’église du Sacré-Cœur fut inaugurée le 10 novembre 1972 par Mgr Pinier, ancien évêque de Constantine et d’Hippone. Dans ce bâtiment dit remarquable, une chapelle du souvenir accueille les noms de tous les villages des rapatriés d’Afrique du Nord, avec des plaques en souvenir de la terre des différentes régions d’Algérie. L’église est entièrement réalisée en béton armé brut de décoffrage et peint couleur sable. Le chanoine Léon d’Agon de Lacontrie, d’une famille alsacienne installée en Algérie, en fut le premier curé.

Une paroisse en rénovation
D’autres chantiers sont en cours, surtout pour la réfection et motorisation des cloches dans les églises Saint-Joseph, Sainte-Marguerite, Notre-Dame de l’Assomption et également au Sacré-Cœur, création d’un carillon électronique à Notre-Dame de la Pinède.
Le patronage de la paroisse a besoin de travaux de mise en sécurité, la cathédrale d’Antibes de nouveaux bancs. La toiture du presbytère de la Fontonne a été entièrement refaite.
Reste le grand chantier de l’église Sainte Jeanne d’Arc. Fermé au public depuis 10 ans, l’édifice nécessite de gros travaux de consolidation.

Mélanie Raynal

Église du Sacré-Cœur

Paroisse Saint-Armentaire
10, rue Directeur Chaudon
06600 Antibes
paroisse-antibes.fr
bureauparoissial06@gmail.Com