Chaque année, les sommes recueillies lors des quêtes du Vendredi Saint sont destinées aux œuvres pastorales et sociales des communautés chrétiennes catholiques d’Israël, Palestine, Jordanie, Syrie, Liban, Égypte, Chypre, Irak… et à l’entretien des Lieux saints. Cette année, en l’absence de célébrations publiques, la quête n’a pas pu se dérouler le vendredi saint. Elle est repoussée au dimanche 13 septembre 2020.

Cette année, en l’absence de célébrations publiques, la quête n’a pas pu se dérouler le vendredi saint. Fr. Roger Marchal, ofm, Commissaire de Terre Sainte pour la France, la Belgique et le Luxembourg, a annoncé le report de la Quête impérée du Vendredi saint au dimanche 13 septembre 2020 :

«En l’absence d’offices paroissiaux lors du Vendredi saint, la quête impérée pour la Terre Sainte n’a pu se dérouler. Elle est pourtant d’une importance capitale pour le maintien et le développement de la présence chrétienne en Terre Sainte. C’est pourquoi le Saint-Père en concertation avec le cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Église orientales, a exceptionnellement décidé de son report au dimanche 13 septembre 2020, veille de la fête de la Croix Glorieuse.»

Où est envoyé l’argent de la collecte ?
L’intégralité de la générosité de l’Église de France et Belgique est envoyée à l’Économat de la Custodie de Terre Sainte à Jérusalem sachant que 35% de cette collecte est reversée à la Congrégation pour les Églises Orientales. Ces dernières années, 65% des collectes reçues par les Franciscains ont été destinées aux œuvres pastorales et sociales et 35% à l’entretien des sanctuaires.